AccueilGalerieRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Sir-Tirao
 

Partagez | .
 

 Ouvrage Amaknéen - La Légende du Croqueur [Totolo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Galamadryabuyak
Prêtre de Gisgoul

Messages : 2164
Date d'inscription : 15/11/2013


Mon personnage
En bref .. :
Titres:
MessageSujet: Ouvrage Amaknéen - La Légende du Croqueur [Totolo]   Mar 15 Juil 2014 - 8:24

La Légende du Croqueur - Totolo

Il existe de nombreuses créatures en ce bas monde, mais la bête dont ce livre narre l'histoire est certainement la plus étrange et la plus folle d'entre elles...
Fou est LE mot, car si l'histoire du Croqueur est souvent assimilée à un conte de fées, même ses détracteurs les plus acharnés s'accordent à dire que tous les témoignages ont un point commun frappant...
Une anomalie inexpliquée par les plus brillants magiciens, que se soit par les érudits de Bradacho jusqu'aux fidèles de Radama.
Nous pensons que l'histoire du croqueur, s'il existe, est attachée à celle d'un jeune homme répondant au Nom de Zakary Asp, fils de l'illustre Zelote Asp.


C'est pour cette raison que nous allons maintenant retracer les motivations qui ont poussé Zakary à faire le chemin jusqu'au Mont Ki Pou.
Zakary qui, comme l'ange Baloisse, ne croit que ce qu'il voisse (certainement considéré comme le plus empiriste de tous les magiciens d'Amakna) avait fait le pari fou de prouver au monde, une bonne fois pour toute, que le Croqueur n'était qu'une affabulation, un conte pour bonne femme...
La raison de cette fascination pour le moins inattendue s'est effectuée de façon informelle, sous le porche de la Taverne du Doigt Luisant, bar incorrect où toutes les rencontres entre magiciens et magiciennes étaient possibles. Les magiciens éprouvant le besoin de vider leur baguette magique se retrouvaient généralement là-bas...


Mais Zakary n'y allait pas pour cette raison. La taverne du Doigt Luisant était le sanctuaire de Maly la Fouettarde, et de bon nombre de jeunes magos elle avait déjà dérobé le coeur...
Après une soirée bien arrosée, lassée par les déclarations du jeune mage, Maly la Fouettarde promit sa main "entre autres parties de son anatomie" à Zak, à la condition que ce dernier lui apporte la clé de l'énigme du Croqueur, une preuve de son existence, ou de sa non-existence.
Les femmes peuvent parfois se montrer cruelles avec leurs prétendants, et lancer ce défi à Zakary revenait à lui demander de se tenir debout, plusieurs heures sans bouger, sur la tête d'un Minotoror en plein coït (quoi qu'il s'agisse vraisemblablement d'un mauvais exemple, car un magicien a déjà réussi cet exploit).


Mais le jeune Zak, tout jeune et fou qu'il était, prit cela avec le sourire et trouva que ce n'était pas cher payé pour avoir accès illimité aux caresses de la Fouettarde.
Voici donc les pourquoi du comment du schemilibilique qui ont fait que notre jeune mage prit la route de l'aventure, un baluchon sur l'épaule et des rêves érotiques pleins la tête. Il dirigea donc ses souliers vers le Mont Ki Pou, afin de rencontrer les premiers témoins ayant eu un contact avec le Croqueur.
En tous les cas, il n'était pas simple d'aller jusqu'à l'endroit où se trouvaient ces gens...
La route était longue et périlleuse et le seul avantage était d'avoir tous les humains qui étaient censés avoir rencontré le Croqueur réunis dans ce même endroit...


Zakary devait s'y rendre, et à bien y réfléchir, ce qu'il dut endurer et les obstacles qu'il affronta pour y parvenir mériteraient à eux seuls que l'histoire soit racontée. Toujours est-il que cette partie ne concerne en rien le sujet de cet ouvrage.
Cet asile était terriblement difficile d'accès pour la simple et bonne raison que l'on n'y conduisait que les fêlés et raloufs de la pire espèce. En cas d'évasion, il fallait s'assurer que l'un ou l'autre des locataires ne puissent échapper aux nombreux pièges.


Tous, avait un point commun, le point commun qui laissa le doute dans l'esprit des plus réfractaires à l'existence du Croqueur...
Un fichu doute qui les empêcha de classer cette histoire.
Tous les témoins avaient un penchant certain pour le mal : des vicieux, pervers, bouffeurs de pommes et brûleurs de nouilles...
Chacune des victimes avait un vice prononcé, quelques actions malsaines à se reprocher. Quoiqu'il en soit, que se soit par la folie inspirée lors de la vision qu'ils eurent de la créature, ou de par les actes qu'ils commirent et qui furent réprimandables, tous se retrouvèrent dans le grand asile du Mont Ki Pou.


La seule chose qu'il nous faut savoir c'est qu'une fois arrivé dans ce terrible bâtiment, le sourire de notre jeune Zak n'avait pas bougé, et les images de la Fouettarde qu'il avait en tête étaient toujours présentes, comme si l'amour qu'il portait à la délurée lui avait conféré une volonté d'acier, inébranlable, même dans le pire des moments...
Ayant à peine pris le temps de soigner ses blessures, Zak alla interroger Damog le Tordu, grand brasseur qui mélangeait sa bière avec du sang de Tofus. La haine qu'il avait pour ses petits animaux avait causé la perte de nombreuses familles d'éleveurs, et pour couronner le tout, avait fait de sa bière l'une des plus réputées d'Amakna. Ceci bien sûr avant que ses consommateurs ne s'aperçoivent de ce qu'ils buvaient. Certains bars la servent encore, mais Damog fut interné. Les spécialistes l'ayant jugé fou et dangereux.


Mais au grand dam de Zak, Damog ne s'intéressait pas à son visiteur. Il ne cessait de répéter ces quelques mots : "Plus en moi... Plus en moi"...
Zak en fut d'autant plus affecté que toutes les autres personnes qui auraient pu le renseigner eurent exactement le même comportement...
Que ce soit Jango l'Ecorcheur, Farde le Futile...
Tous répétaient sans cesse les mêmes mots, avec les mêmes intonations...
Tous sauf un.


Alors qu'il avait perdu tout espoir, Zak alla voir le dernier témoin. Sans doute le plus terrible. Un grand homme, le crâne chauve et des yeux énormes et globuleux, ils étaient effrayants et pénétrants comme sondant l'âme de leur interlocuteur. Zak ne s'emballa pas plus que cela, il n'avait pas fait tout ce voyage, et vécu tant d'aventure pour avoir peur de ces deux gros yeux...
Oh ça non, il lui en fallait bien plus que cela pour lui faire oublier les miches de Maly la Fouettarde...
L'homme se nommait Molok Ark et, à l'inverse de ses "colocataires", il ne répétait pas cette phrase...
Il était étrangement calme. Et croyez-le si vous le voulez, ce calme-là avait quelque chose de terrible.


Lorsqu'il prit la parole, ce fut pour laisser échapper une voix incroyablement gutturale, une voix qui n'avait strictement rien d'humaine. Zak aurait certainement pris ses jambes à son cou si la vision de Maly dans une position indescriptible ne l'avait une fois de plus forcé à garder son sang froid. Mais c'est sûr, ce simple "bonjour" aurait glacé le sang du dieu Iop lui même.
Zakary prit alors la parole et, la voix tout de même légèrement tremblante, posa mille et une questions à son interlocuteur. Zak cherchait le détail, l'indice qui lui aurait prouvé la bêtise de cette légende.
Zak l'empiriste n'avait maintenant que faire de savoir si ce monstre avait existé ou non, son désir était maintenant trop grand, et tout le temps qu'il perdait ici était autant de terribles minutes perdues, loin de sa muse.


Quand soudain, Molok prit la parole, sa voix avait changé, elle paraissait plus jeune, plus douce...
"Embrasse-moi Zakary, embrasse-moi et je te donnerai la preuve que tu cherches tant, embrasse-moi et je mettrai fin à ta quête".
Tels furent ses mots.
Zak, incrédule, réfléchit quelques instants...
Il n'avait jamais cru à cette histoire à dormir debout, et que lui importait d'embrasser un fou, si ce dernier lui permettait d'avoir la femme de ses rêves et de surcroît de se faire une belle renommée au sein de l'académie.
Ce n'était pas ce pauvre bougre qui allait lui faire du mal, enchaîné comme il l'était. Il s'approcha tranquillement, un sourire aux lèvres, prit la tête de Molok entre ses deux mains et embrassa de tout son coeur ce terrible personnage, réputé comme étant l'un des plus terribles bandits et assassins d'Amakna.


Les gardes ne rouvrirent les yeux que plusieurs heures plus tard. Ils expliquèrent que lorsque les lèvres de Zak touchèrent celles de Molok, un terrible flash illumina la pièce. A leur réveil, Zakary Asp avait disparu, et Molok, recroquevillé dans un coin, répétait inlassablement "Plus en moi... Plus en moi". Hallucination collective ? Quoiqu'il en soit, nous n'avons toujours pas réussi à prouver l'existence du Croqueur...
Cependant, quelques jours plus tard Maly la Fouettarde disparue à son tour et quelques égarés disent l'avoir aperçue, bien plus tard, en pleine forêt, fouettant un homme qui riait à gorge déployée...


Que le Croqueur existe ou pas, on sait désormais que l'amour rend imprudent, ou pire... complètement fou!


_________________
[Manny]: Tête de huitième d'octet!
-------------------------------------
Aujourd'hui, j'assiste à l'enterrement du père d'un ami. Il a fait un discours très touchant. Tellement touchant que j'ai applaudi. VDM
-------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ouvrage Amaknéen - La Légende du Croqueur [Totolo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les héritiers de Gisgoul :: L'Auberge de Gisgoul :: L'antre souterraine des rôlistes :: Les archives-